La certification MSC pour les pêcheries québécoises du turbot et du crabe des neiges

La pêcherie du flétan du Groenland du Golfe du Saint-Laurent utilisant des engins de pêche fixes et la pêcherie de crabe des neiges au casier, toutes deux membres de l’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP), viennent de recevoir la certification rencontrant les normes de pêche durable du MSC (Marine Stewardship Council), en octobre et en décembre 2020 respectivement.

« Le MSC est fier d’accueillir ces pêcheries au sein de son programme. Les normes MSC, axées sur les sciences, démontrent que les pêcheries déterminées à suivre nos programmes génèrent des résultats qui font une différence dans les écosystèmes marins. Nous sommes très heureux que l’AQIP s’engage et adhère aux changements »

, de dire Brian Perkins, directeur régional des Amériques au MSC.

Organisme sans but lucratif, l’AQIP, qui est la plus ancienne association de transformateurs de produits marin au Canada, représente toutes les entreprises de transformation de fruits de mer au Québec. En plus du turbot et du crabe des neiges, les membres de l’AQIP ont déjà reçu la certification MSC pour la pêche à la crevette nordique au chalut dans le Golfe du Saint-Laurent. « Après plusieurs années d’efforts, l’Association québécoise de l’Industrie de la Pêche (AQIP) est vraiment fière d’annoncer que le flétan du Groenland et le crabe des neiges des zones 12A à 17 (excluant la zone 12B) sont maintenant certifiés MSC. Il s’agit d’un plus très important pour la commercialisation de ces espèces, » s’est exprimé Jean-Paul Gagné, directeur général de l’AQIP.

La pêcherie du flétan du Groenland du Golfe du Saint-Laurent a entrepris le processus de certification en 2016 alors que celle de la pêche au crabe des neiges enchaînait en 2018. C’est un processus long et ardu qui a été réalisé par l’AQIP en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et de Pêches et Océans Canada (MPO). Les efforts déployés donnent des résultats.
« La reconnaissance de la durabilité de notre pêche au turbot et au crabe des neiges par le Marine Stewardship Council, un organisme indépendant et reconnu mondialement, démontre à quel point les pêcheurs et les transformateurs québécois sont engagés pour la préservation de la ressource et de l’environnement. Cela contribue à l’atteinte de nos objectifs gouvernementaux. Je tiens à féliciter l’Association québécoise de l’industrie de la pêche ainsi que l’ensemble de l’industrie d’avoir travaillé ensemble pour permettre cette réalisation importante, qui met en valeur leur savoir-faire », a mentionné André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. « C’est toute l’industrie qui profite de ce rayonnement, ici au Québec et partout sur la planète où nous vendons nos délicieux produits. »

Le flétan du Groenland, aussi connu sous le nom de turbot au Québec et dans d’autres marchés, possède une chair blanche ferme, un goût doux et est devenu un aliment prisé de plus en plus populaire au Québec et dans certaines régions des États-Unis. Le turbot est pêché par des fileyeurs faisant appel à des filets maillants dans l’estuaire du Saint-Laurent et dans certains secteurs du nord du Golfe du Saint-Laurent le long des chenaux Esquiman et Anticosti.

Quant à la pêcherie du crabe des neiges, sa certification est accompagnée d’une obligation d’amélioration de certaines actions qui doivent être rencontrées sur une période de 5 ans après la certification. Ces actions ont été conçues afin d’éliminer les interactions possibles avec la baleine noire de l’Atlantique nord, une espèce en danger. Un évaluateur indépendant, Lloyd's Register (Acoura), a mandaté la pêcherie du crabe des neiges de colliger de l’information additionnelle afin de démontrer l’impact négligeable qu’elle a sur cette espèce en danger d’extinction. Les progrès seront analysés lors des audits de surveillance annuels réalisés par l’évaluateur. La pêcherie du crabe des neiges dans l’estuaire et le nord du Golfe du Saint-Laurent se sert de deux types de casiers appâtés dans les eaux profondes entourant l’île d’Anticosti et le long de la Côté Nord du Québec. Les produits dérivés de la pêche au crabe des neiges sont vendus aux États-Unis et en Asie.

Le Marine Stewardship Council (MSC) est un organisme international à but non lucratif dont la mission est de lutter contre la surpêche afin que les océans regorgent de vie et préservent des réserves de fruits de mer et de poissons pour les générations futures. L’écolabel et le programme de certification reconnaissent et récompensent les pratiques de pêche durables tout en créant un marché plus écoresponsable pour les produits de la mer. L’écolabel MSC sur un emballage de poisson ou de fruit de mer est une garantie que le produit est sauvage et provient d’une pêcherie certifiée pour avoir rencontré les normes MSC basées sur la science pour une pêche environnementalement durable. La
traçabilité de l’écolabel MSC remonte toujours à une source écoresponsable. Pour de plus amples informations, visitez msc.org/fr/et suivez-nous sur les réseaux sociaux @MSCBlueFish.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Retour haut de page